Webmarketing : don’t forget the product


Webmarketing : penser le produit

Comme nous l’avons expliqué à maintes reprises sur ce blog, le webmarketing dispose d’un arsenal impressionnant de solutions permettant, avec des coûts très limités, de toucher une très large audience. Mais avant de mettre en œuvre quelque action typique d’un plan marketing, il faut élaborer sa stratégie marketing et bien définir en amont son plan d’actions correspondant.

Le webmarketing n’est pas le garant de la réussite d’une création d’entreprise ou d’une nouvelle marque. Le fait que le webmarketing permette de tester à petite échelle budgétaire des modèles économiques à grande échelle planétaire pourrait laisser penser qu’il suffit pour réussir. C’est serait une grave erreur de se laisser fourvoyer dans cette illusion. Rien ne peut remplacer la nécessité d’un bon produit.

Dans le terme webmarketing, il y a le mot marketing. Et le mot marketing provient du mot anglais market, qui signifie marché. Le mot marketing exprime donc une action curieusement intraduisible en français. Ou tout du moins qui n’a pas son équivalent dans la langue de Molière alors que c’est une évidence dans la langue de Shakespeare. Si l’on se trouvait obligé de trouver une traduction pour le mot marketing – car tradere, trahere ; traduire c’est trahir (traduction du latin en français) – l’expression la plus fidèle qui viendrait à l’esprit serait : amener au marché. Et par le terme de webmarketing, il faudrait trouver une traduction qui ressemblerait à quelque chose comme : amener un produit au marché via le canal que représente internet.

Hum, pas simple.

Dieu soit loué, Dieu créa le business et Dieu n’oublia pas de créer aussi le Verbe et la langue de Shakespeare qui va donc avec.

Digression : il serait intéressant d’essayer de comprendre les difficultés économiques de la France non pas via le prisme des mécanismes financiers mais via la complexité des modes de pensées et des expressions sémantiques corrélées des acteurs du paysage économique français. Exemple : en français, un PSE, c’est un Plan de Sauvegarde de l’Emploi. Alors que lors d’un PSE, tout est fait pour détruire des emplois et licencier des gens. Un acronyme incompréhensible pour nos amis britanniques, par exemple.

L’un des gros avantages du webmarketing, encore une fois, c’est que l’on peut tester une solution à moindre coût. Mais via un seul canal de distribution : le web. En fonction des premiers résultats, on peut après investir davantage en termes de multicanal, de segmentation produits, de communication, etc. Prenons l’exemple d’un autre canal de distribution, l’un de ceux qui, traditionnellement, prévalaient jusqu’à présent depuis la nuit des temps : le retail. Bref, les magasins. La logique est alors tout à fait différente. Si vous investissez dans une solution de type retailmarketing, vous pouvez perdre beaucoup d’argent avant même d’avoir pu vérifier la viabilité économique de votre concept. Avant même d’avoir quelque once d’idée sur vos éventuels futurs succès en tant que chef d’entreprise. Il faudra en effet payer le loyer, la caution qui va avec, les premières factures d’EDF, l’assurance pour les locaux, etc, etc, etc.

Concernant le webmarketing, la logique voudrait que si un premier projet économique ne marche pas pour quelque raison – les raisons peuvent venir de vous ; les raisons peuvent ne pas venir de vous si le concept ne trouve pas son marché ou s’il s’avère qu’il n’y a en fait pas de marché pour votre concept – vous pouvez investir votre temps et votre énergie dans un nouveau projet qui, du fait même de la nature du webmarketing, ne vous coutera que très peu d’argent : les quelques euros du nouveau nom de domaine.

Et la logique voudrait que, dans une logique d’investissement, si vous multipliez les concepts tout en les faisant évoluer ou en les mettant soigneusement en veille, un concept arrive un jour ou l’autre à éclore et à apporter des revenus substantiels. Dans une logique d’investissement, si vous achetez des actions et si vous ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier, vous minimisez les risques de pertes financières. D’aucuns diront que l’on peut perdre beaucoup d’argent en bourse. Ok. Mais si, toujours dans une logique d’investissement, en plus d’acheter différentes actions de différentes sociétés (investissement mobilier), vous investissez également dans d’autres types d’investissement tels que l’immobilier, les assurances vie, l’or, l’art et quelque autre valeur, vous minimisez encore davantage vos risques de pertes et augmentez d’autant plus vos chances de gains.

Cette logique d’investissement vaut pour le webmarketing.

Avec le webmarketing, on peut être sûr de ne rien perdre.

Avec le webmarketing, on peut légitimement espérer beaucoup gagner.

Mais pour espérer légitimement beaucoup gagner, il faut un produit. Ce produit doit être de très grande qualité. Et il doit correspondre à un marché. Soit le marché existe déjà et dans ce cas là il s’agit d’occuper le maximum d’espace, c’est-à-dire de gagner le plus de part de marché possible. Soit le marché n’existe pas encore et dans ce cas là, il faut le créer. Et si vous parvenez à le créer – c’est-à-dire si vous parvenez à vendre ce qui n’a encore jamais été acheté par personne – votre produit fusionne alors avec le marché qu’il crée et le marché nouvellement créé qui émerge fusionne alors avec votre produit nouvellement créé. C’est une fusion-création.

Au cœur d’une stratégie marketing réussie, il y a toujours un produit qui cartonne. Il existe différentes méthodologies pour trouver l’adéquation parfaite.

On peut partir d’une stratégie webmarketing pour arriver à un produit. Par exemple, vous pouvez être passionné de golf et vous apercevoir que la plupart des golfeurs disposent de smartphones derniers cris et qu’ils passent leur temps à chercher dans des bosquets des balles de golf qu’ils passent leur temps à envoyer dans des bosquets car ils ne savent pas viser. Ah, idée business : on crée une application web, on crée une puce GPS pour balle de golf, on crée un pack commercialisable (balle de golf avec puce GPS + application web) et une solution représentant une véritable valeur ajoutée pour un marché avec des consommateurs à fort pouvoir d’achat. Les golfeurs dépenseront certes beaucoup d’argent pour une balle de golf avec GPS et son application, mais ils arrêteront de perdre leur temps sur les parcours de golf à rechercher en vain un objet microscopique dans des bosquets. Et ils dépenseront beaucoup moins d’argent à acheter des balles de golf à l’échelle de toute une vie. Et ils seront enchantés d’avoir un téléphone qui se transforme en GPS à balle de golf.

webmarketing product

Pour mieux la retrouver après 🙂

On peut également partir d’un produit pour arriver à une stratégie webmarketing. Vous pouvez par exemple être passionné de golf et vouloir créer une enseigne commercialisant tout l’attirail du parfait golfeur : balles de golf, clubs de golf, tees, sacs de golf, casquettes, lunettes, polos, chariots, voiturettes de golf, etc. Mais comme il existe de nombreuses enseignes, dans le monde de la distribution, déjà présentes sur le marché depuis de nombreuses années, une stratégie webmarketing vous permettra de mettre en place un concept et un modèle économique que vous pourrez tester sans dépenser de grosses sommes d’argent. Vous pourrez tester votre idée. Pour régler la question du fond de roulement, vous pouvez même mettre en place avec des fournisseurs un process pendant lequel vous ne leur achèterez de la marchandise que lorsque vous en vendrez.

Si vous décidiez d’ouvrir une boutique de golf portant par exemple le nom de « Au vieux Golfeur », il vous faudra de la marchandise dans votre magasin car vous ne pouvez pas montrer aux clients qui entreront dans votre boutique des produits sur catalogue uniquement. La beauté du numérique et du web, c’est que via une boutique en ligne : si. Avec une boutique physique, vous ne pouvez pas montrer des produits sur catalogue uniquement. Les gens ne trouveront pas ça normal. Avec une boutique en ligne, vous pouvez montrer des produits sur catalogue uniquement. Les gens ne trouveront pas ça anormal. Ils trouveront même cela normal.

Ne vous demandez pas trop pourquoi les gens trouvent certaines choses anormales et pourquoi ils trouvent d’autres choses normales. C’est comme ça. Ils trouvent souvent des raisons qui échappent à la raison, sans même s’en apercevoir. Mais dites-vous bien que si les gens trouvent cela normal que l’on puisse vendre des produits sur catalogue sur un site internet et que si vendre des produits sur catalogue uniquement, via un site internet, vous permet à la fois de régler le problème intrinsèque au fond de roulement et à la trésorerie, problème qui existe depuis la nuit des temps, en matière d’économie : et bien tant mieux pour vous.

Créez votre marque, créez votre site internet, créez votre boîte.

Sans aucun risque.

Revenons au produit.

La question du produit pourrait faire l’objet non pas d’un ouvrage mais de plusieurs ouvrages à part entière. L’objet de ce blog est de pouvoir vous faire comprendre la beauté et l’utilité – rappelez-vous lorsque nous parlions de design et du webdesign, comme alliance du beau et du fonctionnel – du webmarketing. Le webmarketing est un concept magnifique lorsqu’il a été magnifiquement désigné. Il en va de même pour tout projet webmarketing. Pour vous aider à façonner le meilleur produit possible, nous ne pouvons que vous conseiller de lire les meilleurs ouvrages de référence.

Si vous souhaitez étudier davantage les concepts de marketing de façon générale, lisez et relisez le livre Marketing Management, la bible de référence absolue en termes de marketing, livre dont la version française est dirigée par Delphine Manceau, Directrice Europe de la Division Corporate de l’ESCP Europe et enseignant-chercheur marketing brillantissime dans cette école de commerce depuis de très nombreuses années.

Si vous souhaitez comprendre comment on développe un produit magnifique et comment on façonne le design et le concept d’un produit en voie de commercialisation, lisez et relisez la biographie de Steve Jobs écrite par Walter Isaacson et notamment les pages décrivant son travail quotidien avec Jonathan Ive.

En fait, le mieux, c’est de lire le livre en entier : c’est une lecture qui va plus qu’aider.

agence web jerome perrinEcrit par Jérôme Perrin

Retrouvez-moi sur jay-webmarketing.com

agence web paris création site internet création site web référencement internet community management digital monogram

Agence Web Paris § J4JAY Studio Web § Agence digitale à Paris spécialiste en création de sites web, référencement internet (SEO, SEM, SMO), e-commerce, webmarketing, community management et social media

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.